48H   48H   FORUM
Forum BD Phylacteres
  TV
Phylacteres
RADIO  
  Phylacteres






Phylactères Index du Forum
Phylactères Index du ForumRechercherFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Inscription & Connexion
Nom d’utilisateur:    Mot de passe:      Se connecter automatiquement à chaque visite    
S'inscrire sur Phylacteres.fr


Astérix chez les pictes - reportage en 5 parties


 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Phylactères Index du Forum -> BD par séries... -> Astérix et Obélix
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
tournesol (red)
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2013
Messages: 1 634
Loisirs: Bande dessinée
Masculin
Point(s) Phylactères: 3 270
Moyenne de points: 2,00

MessagePosté le: Ven 4 Oct - 19:42 (2013)    Sujet du message: Astérix chez les pictes - reportage en 5 parties Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Après vous avoir présenté le reportage du monde sur Astérix chez les pictes voir ici, voici un nouveau reportage de Didier Pasamonik :
 
Astérix chez les Pictes (1/3) : un teasing bien maîtrisé

Cette fin d’année est marquée par un événement majeur : le passage de relais d’Uderzo à Ferri et Conrad sur Astérix. Avec à la clé une opération commerciale majeure menée par Albert René et son distributeur Hachette.

Tout a commencé par une série de six articles de Frédéric Potet dans Le Monde, cet été : "Comment Astérix a cédé le flambeau". En septembre, c’est Casemate qui livrait une interview des "papas d’Astérix" (la PMA n’est pas loin...) Jean-Yves Ferri & Didier Conrad, parlant à propos de l’accouchement de l’album de "grossesse nerveuse".
 

Casemate N°63, septembre 2013
 
À l’étranger, d’autres titres prennent le relais : le magazine spécialisé allemand Alfonz, Der Comicreporter fait la Une sur l’album attendu le 24 octobre 2013. Une couverture provisoire circule. Sur sa page Facebook, les éditions Albert René demandent même à leurs followers de créer une couverture...
Beaucoup d’annonces, donc, de longues explications, des commentaires,... et pourtant, du nouvel album, on ne sait rien.
 

Alfonz der comicreporter, septembre 2013.

Seuls les collaborateurs directs de l’éditeur l’ont lu. Les infos sont lâchées goutte à goutte, case par case... : cela va se passer en Écosse, on s’étale sur l’adoubement des nouveaux auteurs par le créateur de la série... et puis rien. Aucune info sur le nouvel album. Aucun de nos brillants journalistes d’investigation, qu’ils émargent d’un grand quotidien national ou de la revue spécialisée, n’a eu une épreuve en mains... Imagine-t-on cela pour un grand roman de la Rentrée littéraire ou pour un film grand public ? Luc Besson a tenté de passer naguère au-dessus de la tête des journalistes, il en est bien revenu.
Ce 2 octobre 2013, une conférence de presse sur Astérix avait lieu à la FNAC des Ternes à Paris. Tout le monde était là : Albert Uderzo, Anne Goscinny, Jean-Yves Ferri, Didier Conrad, Isabelle Magnac, la directrice générale de Hachette Illustré... On y a appris des choses, mais en ce qui concerne le contenu, on n’aura que la couverture à se mettre sous la dent. Tout au plus, apprend-on le tirage de la nouveauté, 1 850 000 exemplaires sont destinés à la mise en place.
 

Face à la journaliste Monique Younès de RTL, Albert Uderzo, Anne Goscinny, Jean-Yves Ferri, Didier Conrad et Isabelle Magnac, la directrice générale de Hachette Illustré
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD) Les vraies raisons d’un passage de relais
En attendant, on en découvre un peu plus sur les raisons de ce "passage de flambeau". On apprend ainsi que c’est Anne Goscinny qui a fait revenir Albert Uderzo sur sa décision qu’il n’y aurait plus d’Astérix après lui : "Je me suis ressaisi, nous dit Uderzo, j’avais complètement oublié quelque chose de très important, c’est qu’il existe une ayant-droit, [Anne Goscinny], qui n’était pas forcément d’accord avec moi. Elle ne me l’avait pas dit, mais j’ai pu comprendre qu’elle avait une autre idée sur la suite à donner. J’ai donc donné mon accord pour que les choses puissent continuer."
Anne Goscinny confirme : "Je crois qu’en 1977, Albert a fait preuve de courage, ce qu’on oublie peut-être. Grâce à lui, la mort d’un homme n’a pas entraîné a mort de tout un village. Grâce à lui, Astérix a pu continuer à vivre, à faire rire des gens, Obélix a pu continuer à délivrer des menhirs, ce qui est très utile. Grâce à Albert, Astérix a pu continuer. Je me suis dit qu’Astérix avait eu deux vies, une jusqu’en 1977, une autre avec Albert, et qu’Albert et mon père avaient installé des codes assez forts pour permettre d’essayer de vivre quand Albert cesserait d’écrire et de dessiner. Albert avait donné sa chance à Astérix et il était légitime de le faire vivre aujourd’hui. Albert a pris la bonne décision."
 

Jean-Yves Ferri et Didier Conrad

Excellents ambassadeurs
Dans un premier temps, c’est l’encreur d’Uderzo, Frédéric Mebarki, qui est pressenti pour poursuivre le dessin. La recherche porta alors sur un scénariste. Une dizaine d’entre eux sont approchés dans le plus grand secret par l’équipe d’Albert René, huit répondent présent. Les noms d’Arleston, Jul, Ferri sont cités. Il est convenu qu’ils proposent un script qu’Albert Uderzo choisira à l’aveugle. C’est Ferri qui sort du chapeau pourtant, contrairement aux autres candidats, son scénario n’en était qu’au stade du synopsis avec seulement quelques pages de développement. Le thème des Pictes séduit le créateur du Gaulois : "Ni René, ni moi n’avions pensé à les envoyer en Écosse" dit-il. Anne Goscinny abonde dans son sens rappelant combien il est difficile d’écrire un Astérix. Elle confirme le choix de Ferri.
Si l’on en croit Didier Conrad dans Casemate, Albert René s’était réassuré en cherchant une alternative à Frédéric Mebarki, une deuxième équipe, contactant trois dessinateurs qui font des essais soumis à Uderzo. Le choix se porte sur le dessinateur des Innommables. Et il fait bien car Mebarki, "excellent illustrateur" selon Uderzo, jette l’éponge. Du coup, le plan B devient le plan A et Conrad a six mois pour terminer l’album...
Excellents ambassadeurs, nos auteurs parlent volontiers de leur travail. "Astérix, c’est une espèce de rythme, des gags qui tombent si possible au bon moment, un jeu sur le langage, sur les dialogues,... la barre est assez haute", dit Ferri.
 

Un des rares cases qui circulent sur l’album

Conrad, qui rappelle qu’il avait peu de temps pour réaliser l’album, parle de ses difficultés, même si le scénariste lui rend un script dessiné, un travail de "dégrossissage visuel" qui lui a été très utile : "Albert m’a guidé et il a eu les mots qu’il fallait pour me rassurer sur le fait que j’allais y arriver. La difficulté, c’est que c’est un dessin qui est inspiré et en même temps, c’est un dessin très complexe, il y a énormément à dessiner. Cela prend beaucoup de temps. Il faut tenir le rythme." Uderzo relativise l’importance de son intervention : "J’ai juste rectifié quelques petits trucs dont personne ne pouvait s’apercevoir... C’est une équipe formidable !" D’ailleurs, Uderzo et Conrad cosignent cette première couverture, Albert se chargeant du personnage d’Obélix et Conrad de celui d’Astérix.
Mais du contenu de l’album, on ne saura rien d’autre, sauf qu’il y aura "deux femmes", le mystère reste entier. En attendant, les produits autour du nouvel albums s’accumulent et une grande exposition à la Bibliothèque Nationale de France est annoncée, nous vous en reparlerons.
 

 

La couvertrue d’Astérix chez les Pictes

Tous droits réservés à Didier Pasamonik (l'agence BD). Moi ainsi que le forum n'avons aucuns droits sur ces textes et images.
Les images sont (c) Editions Albert René et (c)Didier Pasamonik
Ni les propriétaires de ces contenues le veulent nous les retirerons.

L'actualité de la bd est a jour tous les jours !

« Les plus grandes aventures sont intérieures. » Hergé

~~~~
tournesol - Red - Tournesol23 - tourn'


Dernière édition par tournesol (red) le Lun 28 Oct - 13:42 (2013); édité 2 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur Contact Facebook Twitter
tournesol (red)
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2013
Messages: 1 634
Loisirs: Bande dessinée
Masculin
Point(s) Phylactères: 3 270
Moyenne de points: 2,00

MessagePosté le: Sam 12 Oct - 17:30 (2013)    Sujet du message: Astérix chez les pictes - reportage en 5 parties Répondre en citant

Astérix chez les pictes (2/3) - À la poursuite d’ "Asterix bei den Pikten" 
Aujourd’hui à la Foire du Livre de Francfort, Jean-Yves Ferri et Didier Conrad vont rencontrer les lecteurs allemands d’Astérix. Émeute garantie, alors que les Allemands, comme dans 24 autres pays, attendent la sortie de l’album le 24 octobre... Enquête.

Parmi les événements majeur de la Foire du Livre de Francfort cette année, il y avait bien entendu la sortie de la version allemande d’Astérix chez les Pictes.
"Les éditeurs étrangers sont hyper-positifs, nous dit Mathilde Jablonski,responsable des droits étrangers de Hachette Illustré. Ils sont très contents que l’aventure continue. La publication se fait en simultané le 24 octobre, en 24 langues et 5 langues en digital. D’autres langues vont sortir dans les mois qui viennent." Les éditeurs ont signé le contrat avant de recevoir les fichiers, sans voir le résultat final, c’est dire si la confiance dans Astérix est patente.
Le fait que l’album se passe chez les Pictes a favorisé bien évidemment sa diffusion en Écosse. "Outre l’anglais, nous dit Mathilde Jablonski, cet album est traduit en gallois, en gaélique, et en scot ancien !"

Sur le stand Hachette, l’arc de triomphe d’Astérix

A Frankfurt, la presse allemande assiste à la conférence de presse
Asterix über alles !
L’Allemagne est traditionnellement le plus gros marché pour Astérix, après la France : il s’y est vendu en cumul 120 millions d’albums du Gaulois contre 130 millions en France ! C’est pourquoi chaque fois qu’il y a un nouvel Astérix, Albert Uderzo venait y faire un petit tour de promo.
Mais ce n’est pas le cas cette année, c’est Jean-Yves Ferri et Didier Conrad qui occupent l’estrade dans une tournée qui va les mener en Italie, en Espagne, à Anvers en Belgique, au Portugal... Le tirage allemand se situe "entre 1,6 et 1,8 millions d’exemplaires", selon les responsables d’Hachette, pour l’essentiel en édition brochée, contre 1 850 000 albums cartonnés en France. Ensuite, le plus gros tirage revient à l’Espagne, avec 200 000 exemplaires cartonnés. Cette grande disparité souligne l’affection particulière des Allemands pour notre petit Gaulois.


Sur le stand Egmont, le nouvel Astérix, sous cloche !
Les auteurs arrivent sous un douche écossaise de bon aloi. Les Allemands ne laissent jamais rien au hasard... Les éditeurs d’Egmont-Ehapa se sont tous mis sur le dress-code du jour : motif écossais pour tout le monde. Toute la presse allemande est là, le doigt sur la couture du pantalon. Comme pour le reste de la presse internationale, personne n’a vu l’album. Les auteurs parlent donc, dans une langue de bois un peu farce, d’un album que l’assistance n’a pas vu. Personne ne s’en offusque.
Embargo
L’album-fantôme est d’ailleurs au centre des conversations. Sur le stand Egmont, on peut voir un album d’Astérix, mais sous cloche, solidement scellée. En raison de la spécificité de la distribution en Allemagne (chaque länder a sa distribution propre), les librairies allemands reçoivent l’album 10 jours avant la date de sortie. Ils ont une interdiction formelle de le mettre en vente avant la date de la sortie. Chaque libraire a dû signer avant réception un engagement en vertu duquel il s’interdit de diffuser l’album avant la date fatidique sous peine d’une amende de 5100 euros par exemplaire vendu ! (Nous vous mettons le PDF de cet engagement en annexe). Nous verrons si, à l’heure d’Internet et du scantrad sauvage, cet embargo sera respecté.



Dress code obligatoire : tout le monde en kilt !
La conférence de presse terminée, les journalistes reçoivent un petit sac avec des cadeaux : un gâteau écossais immangeable, une bouteille de potion magique (un soda au café) et... incroyable ! merveilleux ! L’ALBUM d’Asterix bei den Pikten. Enfin, on va pouvoir le feuilleter, le lire, le critiquer !

Douche écossaise pour les auteurs d’Astérix et les Pictes !



Hélas, c’est un faux. À l’intérieur, des pages vierges d’écolier. Régis Marsac, le patron des édition Albert René est tout sourire : "Eh oui, avec Astérix, il faut parfois lire entre les lignes..." 



 
 
 
 

 Dans le kit pour les journalistes, chouette !, l’album ! Hélas, c’est un faux. Il va falloir attendre le 24 octobre 2013.








 
 
 
 


L'actualité de la bd est a jour tous les jours !

« Les plus grandes aventures sont intérieures. » Hergé

~~~~
tournesol - Red - Tournesol23 - tourn'


Dernière édition par tournesol (red) le Lun 14 Oct - 16:15 (2013); édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur Contact Facebook Twitter
fred
Membre de la Police Secrète
Membre de la Police Secrète

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2013
Messages: 457
Loisirs: lecture , moto ,
Masculin
Point(s) Phylactères: 916
Moyenne de points: 2,00

MessagePosté le: Dim 13 Oct - 14:58 (2013)    Sujet du message: Astérix chez les pictes - reportage en 5 parties Répondre en citant

un faux qui deviendra un collector dans l'futur Wink

Revenir en haut
tournesol (red)
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2013
Messages: 1 634
Loisirs: Bande dessinée
Masculin
Point(s) Phylactères: 3 270
Moyenne de points: 2,00

MessagePosté le: Mer 16 Oct - 22:29 (2013)    Sujet du message: Astérix chez les pictes - reportage en 5 parties Répondre en citant

surement

Astérix chez les Pictes (3/3) : La passion Astérix


La publication d’un nouvel Astérix est un tel événement qu’elle suscite une multitude de faits annexes, comme une escadre accompagne un porte-avions : expositions, produits dérivés, numéros spéciaux de presse magazine, ventes d’originaux et... action judiciaire.

Tous les professionnels en sont persuadés : la publication d’un nouvel Astérix est une bonne nouvelle pour l’édition.
Outre qu’il viendra, espère-t-on, gonfler le chiffre des ventes de l’année, grâce à une mise en place de 1,85 millions d’exemplaires (près de 5% du marché à lui tout seul), le Gaulois constitue un "produit d’appel" en librairie qui fait que de nombreux lecteurs occasionnels pousseront la porte de la librairie pour venir l’acquérir.
Cette augmentation du trafic devrait avoir des retombées positives sur les autres nouveautés de cette période. Car la plupart des grandes séries sont au garde à vous pour escorter le phénomène. "À part Largo Winch, toutes nos séries sont toutes là en cette fin d’année", nous dit François Pernot qui dirige le "Pôle image" de Media-Participations. De fait : Blake & Mortimer, XIII, Thorgal, Spirou, Les Schtroumpfs, Lucky Luke,... sont tous présents sur les étals d’ici fin novembre.
Ces séries ont comme point commun d’avoir été crées voici quelques décennies, ce qui en fait des valeurs inter-générationnelles, qui ont en plus la vertu d’être des marques propriétaires conçues par d’autres auteurs que ses créateurs d’origine, appartenant aux sociétés qui les commercialisent... Comme Astérix, devenu depuis peu propriété du groupe Hachette-Lagardère.
Car nous ne sommes plus aujourd’hui dans un seul phénomène éditorial : une flottille d’événements accompagne la sortie de la nouveauté, ce cycle éditorial devant être réamorcé de deux ans en deux ans avec un nouveau dessin animé en 3D étant annoncé (Le Domaine des Dieux, pour 2015), précédant un nouveau film en prises de vue réelles tiré de l’univers de Goscinny et d’Uderzo (rien ne filtre pour l’instant quant au titre définitif choisi).

L’exposition Astérix à la BnF

Une des 120 planches d’Astérix offertes par Uderzo à la BnF
Ici, Astérix le Gaulois
Astérix sur les cimaises
C’est la grande exposition à la Bibliothèque nationale de France qui s’ouvre aujourd’hui qui inaugure la saison et c’est un événement en soi.
On se souvient qu’Albert Uderzo avait offert les originaux de trois albums d’Astérix à la BnF : Astérix le Gaulois (1959), La Serpe d’or (1960) et Astérix chez les Belges (1977), soit 120 planches originales signées Goscinny et Uderzo qui rejoignent le fonds des manuscrits précieux de la grande institution française.
L’expo s’ouvre sur le tracé biographique des deux auteurs jusqu’à leur rencontre en 1951, déjà productive de pages de grand talent puisque leur série Oumpah-Pah date de cette période.

Albert Uderzo et Anne Goscinny inaugurant l’exposition, hier, à la BnF

Pour le Tour de Gaule, Goscinny dessine au préalable une carte de la France avec les spécialités locales

Vient ensuite, en 1959, la création du Journal Pilote et l’arrivée du Gaulois. Notes manuscrites, tapuscrits, objets archéologiques dialoguent dans un parcours qui met bien en valeur, à hauteur d’yeux, les planches originales dont on découvre la perfection, la propreté et la minutie. De même que l’extrême organisation d’un René Goscinny qui dessine une carte de France pour le Tour de Gaule, qui liste à l’avance les perles langagières qu’il instillera dans Astérix chez les Belges et dont on voit, outre le bureau et la machine à écrire, de même que la table à dessin d’Uderzo, le cahier à spirales dans lequel il consignait tous les patronymes de ses héros de papier afin de ne pas attribuer le même nom gaulois ou romain à des personnages différents... Le parcours s’achève sur les productions cinématographiques qui ont laissé elles-aussi leur empreinte dans notre histoire culturelle.
Une scénographie intelligente, agréablement articulée, qui s’adresse aussi bien aux enfants qu’aux... mal-voyants (des panneaux tactiles ont été prévus à cet effet) parcours l’univers d’Astérix dans ses lieux, ses valeurs et ses pratiques avec un luxe de documents inédits qui séduira même le plus pointu des visiteurs. Remarquable.
Un ouvrage-catalogue remarquablement conçu, Astérix de A à Z (Éditions Hazan), complète cette exposition et reprend un bon nombre de ses documents rares et inédits.


Uderzo signe quelques autographes à des enfants chanceux.
Les auteurs du nouvel Astérix chez les PictesJean-Yves Ferri et Didier Conrad, étaient bien entendu présents aux côtés d’Albert Uderzo et d’Anne Goscinny hier soir. Mais on les a plus trop vus après quelques minutes : c’est que, n’ayant jamais vu de près des originaux d’Astérix, ils étaient partis mesurer sur les cimaises l’immense difficulté de rester à la hauteur de leurs prédécesseurs.

Une case d’Astérix chez les Pictes par Jean-Yves Ferri et Didier Conrad
Moins spectaculaire, mais tout aussi impressionnante, Bercy Village affiche en son sein des "grandes cases" d’Astérix, une occasion de s’apercevoir que, même agrandi vingt fois le dessin d’Uderzo reste net et impeccable.

"Grandes cases" Astérix à Bercy
Astérix vaut de l’or



Astérix de A à Z
Astérix de A à ZEd. Hazan / BnFUne multitude de produits dérivés devrait sortir à l’occasion du 35e album : boîtes de Biscuits Delacre à l’effigie des Pictes, nouvelle mascotte Idéfix chez Leblon-Delienne, plaque émaillée chez Coustoon,...Outre le catalogue précédemment cité, les éditions du Cherche-Midi publient un ouvrage où René Goscinny raconte "Les Secrets d’Astérix" tandis qu’Hachette Cuisine publieL’Odyssée gourmande d’Astérix avec 180 recettes où le Gaulois est servi, c’est le cas de le dire, à toutes les sauces.

Hors série Géo-Histoire, en kiosque en octobre 2013
La presse emboîte le pas : Hors-série de Géo-Histoire, Numéro spécial de Télé 7 Jours, du Point... On est chaque fois surpris par l’abondance et le luxe de détails supplémentaires que l’on découvre dans ces nouvelles publications. En matière journalistique, Astérix est un exemple parfait d’énergie renouvelable !
Il n’est pas jusqu’à la Monnaie de Paris qui ne frappe ses pièces au profil du Gaulois en consacrant une édition de pièces d’or aux Pictes ! Mais il est une matière qui vaut son poids de tungstène (un métal plus cher que l’or) : les originaux d’Astérix par Goscinny et Uderzo.


L’Odyssée gourmande d’Astérix
Le 25 septembre dernier a eu lieu à l’Hôtel Drouot une vente de planches d’Astérix. Des planches mythiques : la planche 7 d’Astérix & Cléopâtre où Panoramix complimente le nez de la reine des reines, la planche 38 d’Astérix en Corse où l’on voit les trois vieillards assis sur leur banc ; enfin, les planches 3 et 27 des Lauriers de César, une scène d’arène avec des fauves magnifiques et une description somptueuse du palais de César. La Cléopâtre est partie à 188 750 €, frais compris, la Corse s’est arrachée à 93 750€ frais inclus, tandis que les Lauriers sont partis respectivement à 90 000€ et à 93 750€ après calcul des frais.

René Goscinny raconte les secrets d’Astérix
Cette vacation exceptionnelle suscita bien des questions. Notamment quant à la provenance des planches. Sylvie Uderzo émet, sur son blog, l’hypothèse qu’il s’agit d’une personne de l’entourage d’Uderzo, soulignant le fait curieux que le commissaire priseur annonce en préalable de sa communication le fait que "Pour chaque planche, Monsieur Albert Uderzo délivrera un certificat en attestant l’authenticité."
"On sait la provenance, nous dit sans ambages Bernard Mahé,le propriétaire de la Galerie 9e Art à Paris, qui a bataillé pour acheter l’une de ces planches : C’est Albert Uderzo." Même si la confidentialité du vendeur est garantie, cette affirmation semble crédible. Le don des originaux de trois albums d’Astérix à la BnF conforte cette hypothèse : "On sait qu’Uderzo, en faisant ce don, est parti pour faire une dation [1]", nous indique l’expert Michel Coste. Ce qui signifie qu’en opérant cette vente, Uderzo valoriserait son patrimoine de planches, ce qui a un impact sur la succession, raison pour laquelle la fille de l’artiste, qui vient de relancer, selon Mediapart, une procédure contre l’entourage d’Uderzo pour "faux témoignage" susceptible d’avoir entravé l’instruction d’une précédente enquête pour "abus de faiblesse", était présente à la vente.
Vente publique des originaux d’Astérix à Drouot, le 21 septembre dernier, par le commissaire-priseur Ghislaine Kapandji
La cote a atteint la fourchette basse de l’estimationLe chiffre obtenu par les enchères est cependant modeste. Sur son blog, Sylvie Uderzo parle de "vente à la sauvette", voire "à la casse", émettant l’hypothèse que tout cela est organisé de façon à "créer une côte artificiellement faible pour effectuer un acte officiel, comme une donation, par exemple ?"Le commissaire-priseur Ghislaine Kapandji n’est pas déçue par la cote : "On est à peu près dans les estimations que j’avais indiquées, je suis donc plutôt satisfaite. Je ne me suis pas trompée. Je crois que, on le savait tous, il y a une vraie différence entre la planche d’Astérix et Cléopâtre et les autres parce que c’est un album très recherché et parce que cette planche là est magnifique."
Éric Leroy, expert auprès de la galerie Artcurial, est lui aussi surpris par une cote aussi moyenne pour une grande valeur internationale comme Astérix, mais il la justifie "Il y a vraiment une sélection énorme des collectionneurs. Ce sont des achats de plaisir. [...] Il y a une crise économique. Et puis, parce qu’Uderzo est vivant, au contraire d’Hergé ou de Franquin, on n’a pas encore pris la mesure de son travail. Ce n’était pas excessivement cher, mais c’est l’état du marché aujourd’hui."
D’autres attribuent cette cote modeste à un brusque afflux de planches d’Uderzo sur la marché : "Avant la fin de l’année, il y aura huit planches d’Astérix qui seront sur le marché", estime Michel Coste, expert auprès des ventes publiques de Millon. "On n’en a pas vu sur le marché pendant trente ans et maintenant, il y en a dix qui sortent. C’est inquiétant."
Comme on le voit, qu’il fasse l’objet d’expositions ou de spéculation, Astérix reste un sujet de passion.




Didier Pasamonik
Toutes les itextes ici sont la propriete exclusive de leurs auteurs, ayant droits et/ou editeurs. Elles ne sont ici qu'a titre de reference ou d'illustration. Si les proprietaires le desirent, elles seront retirees.

L'actualité de la bd est a jour tous les jours !

« Les plus grandes aventures sont intérieures. » Hergé

~~~~
tournesol - Red - Tournesol23 - tourn'


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur Contact Facebook Twitter
fred
Membre de la Police Secrète
Membre de la Police Secrète

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2013
Messages: 457
Loisirs: lecture , moto ,
Masculin
Point(s) Phylactères: 916
Moyenne de points: 2,00

MessagePosté le: Mer 16 Oct - 22:39 (2013)    Sujet du message: Astérix chez les pictes - reportage en 5 parties Répondre en citant

qui se serait douté ,
astérix , un phénomène hexagonale


Revenir en haut
tournesol (red)
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2013
Messages: 1 634
Loisirs: Bande dessinée
Masculin
Point(s) Phylactères: 3 270
Moyenne de points: 2,00

MessagePosté le: Jeu 24 Oct - 14:41 (2013)    Sujet du message: Astérix chez les pictes - reportage en 5 parties Répondre en citant

et même au delà !


Dernier épisode du reportage :
Événement éditorial, culturel et médiatique incontestable, la parution d’une nouvelle aventure d’Astérix demeure toujours hors-norme. Qu’on en juge, avec une sortie mondiale quasi-simultanée en 25 langues dans 15 pays, et un tirage de 5 millions d’exemplaires (2 pour la France), néanmoins inférieur aux tirages des albums précédents en 2001 et 2005 (3 millions d’ex. pour la France) ! Les éditions Albert René (créés en 1979 par Uderzo deux ans après la disparition de son éternel complice Goscinny), désormais placées depuis fin 2008 dans le giron d’Hachette, auront surtout savamment aiguillé un teasing dévoilant peu à peu les principaux éléments du prochain opus : ainsi apprenions-nous en mars 2013 le titre « Astérix chez les Pictes » et la programmation de la date de sortie, lors du Salon International du Livre pour la jeunesse de Bologne. Dans les semaines suivantes furent dévoilés ou commentés quelques rares extraits ainsi que la genèse complexe de ce voyage vers l’ancienne Écosse ; ceci dans la mesure où l’habile Didier Conrad fut contraint de reprendre dans l’urgence (6 mois de réalisation) et sous la supervision d’Uderzo un travail graphique complexe, qui aura fait craquer avant lui l’encreur Frédéric Mébarki. Enfin, c’est le 03 octobre 2013, lors d’une conférence parisienne à la Fnac des Ternes, que fut dévoilée la couverture finalisée, sur laquelle nous revenons longuement au fil de cet article…


Casemate n° 63 (09/2013) et premiers visuels...




annonce concours

Outre une série de six articles écrits par Frédéric Potet pour Le Monde à partir du 08 août 2013 (sous le titre générique « Les coulisses du prochain Astérix ») et une première interview des nouveaux repreneurs de la saga (diffusée en septembre dans le n° 63 du magazine Casemate), le premier lien officiel en rapport avec la couverture d’ « Astérix chez les Pictes » fut l’ouverture d’un concours… pour imaginer soi-même le 1er plat du futur album (le règlement de ce concours est toujours consultable sur http://asterix35.com/concours-couverture.pdf) ! En parallèle, plusieurs visuels incomplets apparurent : le premier à surgir (dès mars 2013) fut un dessin en négatif montrant Obélix porteur d’un intrigant menhir sur lequel se détachait la silhouette d’un guerrier Picte inconnu, souligné par une point d’interrogation. Tout au plus annonçait-on alors qu’Astérix et Obélix allaient se confronter à « un pays riche de traditions, une identité forte, un pays dont l’Histoire passionne, un pays de légendes et de mystères… Un pays qui faisait partie du monde antique connu ». Ce communiqué de presse laconique sera ultérieurement complété, sur le site officiel (cf http://asterix35.com/album.html) dédié au nouvel album par un paragraphe plus précis :
« Les Pictes ? Oui, les Pictes ! Ces peuples de l’ancienne Écosse, redoutables guerriers aux multiples clans, dont le nom, donné par les Romains, signifie littéralement « les hommes peints ». Astérix chez les Pictes, c’est donc un voyage épique vers une contrée riche de traditions, et la découverte d’un peuple dont les différences culturelles se traduiront en gags et jeux de mots mémorables. Sur les forums de lecteurs, les paris sont ouverts et les discussions impatientes s’enchaînent… Du whisky ? Des lancers de troncs ? Des cornemuses ? Des noms en Mac ? Les origines du mur d’Hadrien et du monstre du Loch Ness enfin dévoilées ? Et même, qui sait, des Gaulois en kilts… Le suspense est entier ! »
Car, l’indispensable quota de batailles contre les Romains, de sabordages de pirates et de barde empêchés de chanter mis à part, le scénario (signé par Jean-Yves Ferri) de ce nouvel album est resté top-secret jusqu’au jour J de sa parution : tout au plus savons nous que l’histoire débute dans le village gaulois, sous la neige, alors que nos héros découvrent en bord de mer un homme congelé dans un iceberg… mais encore vivant ! En ramenant ce guerrier Picte nommé Mac Oloch dans son pays écossais, divisé entre les Mac Rampe et les Mac Reese (sic !), Astérix et Obélix vont avoir fort à faire pour libérer sa fiancée Camomillia des mains de l’affreux Mac Abbeh.

La décou-verte d'un grand glaçon... (extrait de la page 3 par Ferri/Conrad) - copyright rtbf et éditions Albert René


S’ajouta ensuite à ce premier visuel, début juillet 2013, une illustration non définitive de couverture, appuyée sur un dessin humoristique de Conrad et destinée à amorcer la prévente de l’album dans toutes les enseignes culturelles (dont la Fnac et Amazon…). Il faut bien le dire, cette couverture provisoire n’incitait pas vraiment les fans de la première heure à se ruer sur l’album. Les lecteurs attendaient autre chose qu’Astérix en train de rigoler à la vue d’Obélix en kilt, le dessin encore un peu malhabile laissant par ailleurs espérer une future illustration plus travaillée. Notons néanmoins que ce premier visuel ne sera pas totalement abandonné lors de l’inévitable merchandising annexe à la parution officielle, dans la mesure où il sera par exemple repris de manière publicitaire par Monnaie de Paris pour l’édition d’un luxueux coffret, limité et numéroté à 1000 exemplaires, et vendu 250 euros. Le visuel final montre cependant une couverture inédite, différente de la version classique (il s’agit d’une case de la planche 3).

Monnaie-de-Paris-Asterix


Visuel de l'album Monnaie de Paris et projet par Jean-Yves Ferri (extrait de la page 70 de l'album version luxe - Copyright éd. Albert René 2013)

Selon Didier Conrad, c’est finalement après six versions successives que le visuel définitif d’ « Astérix chez les Pictes » trouva son accomplissement, avec un dessin à quatre mains puisqu’Albert Uderzo, âgé de 85 ans et handicapé depuis 2001 par des problèmes d’articulations aux mains qui ne lui permettent plus d’encrer, se chargea néanmoins seul du crayonné du personnage d’Obélix. Comme un symbole significatif de ce passage de relais historique dans le panorama de la bande dessinée franco-belge, le signature mythique d’Albert Uderzo figure en bonne place (peut-être pour une ultime fois) en bas du visuel, aux cotés de celle de Didier Conrad… La couverture définitive nous montre donc Obélix en train de se livrer à l’un des jeux traditionnels écossais (le Caber, spectaculaire lancer d’un tronc de plus de cinq mètres), tandis qu’Astérix adresse un clin d’œil complice aux lecteurs, comme pour signifier que l’esprit bon enfant de la bande dessinée – cher à Goscinny et Uderzo – est de retour…

Tome 08 - Astérix chez les Bretons


Tome 21 - Le Cadeau de César

Cette couverture finalisée est l’aboutissement d’un long processus de maturation : Uderzo avait au préalable réalisé (crayonné) une version plus complète montrant Astérix tentant de dissuader Obélix de jeter un tronc. Ce projet fut abandonné en partie car jugé trop proche du visuel du « Combat des chefs ». Ne fut donc conservée que la gestuelle d’Obélix.
Comme on s’en rendra compte, une couverture d’Astérix est un véritable exercice de style en soi, qui aura généré ses propres codes au fil des années. Celle-ci reprend clairement quelques éléments de deux visuels célèbres, en les mélangeant habilement : « Astérix chez les Bretons » (1966) et « Le Cadeau de César » (1974). De fait, comme avec les Bretons on retrouvera ici nos héros face aux locaux, mais dans une situation inversée (fuite dans le premier cas, participation aux coutumes dans le second ; colère et amitié). De nombreux détails sont similaires : présence d’un « sport national », de témoins spectateurs à l’arrière-plan, d’une surface herbeuse coupée par une ligne droite et même d’un madrier dans le coin supérieur droit. Ces analogies sont conjuguées et mixées avec des influences issues du visuel du « Cadeau de César », dont les plus notables demeurent la position et la gestuelle d’Astérix, devenu le complice omniscient du lecteur. Présenté de dos et très actif, Obélix produit un effet d’entraînement du lecteur-spectateur, littéralement projeté au sein de cette nouvelle aventure.

Extraits d'Astérix chez les Pictes (copyright éd. Albert René - 2013) : storyboards de Ferri et dessin de Conrad.



Visuel de la version "luxe"


Titrage originel (mars 2013)

Également présent sur le 1er plat de l’album en version luxe (soit une édition, en grand format (26 x 36,5 cm) de 128 pages, avec dos carré toilé comprenant l’album en couleur, l’intégrale des crayonnés originaux, et un dossier de 33 pages proposant de nombreux dessins et documents de travail inédits), cet ultime visuel est encore agrémenté de détails folkloriques divers qu’il convient de préciser. Ainsi observerons-nous en priorité le titre, dont la typographie aura été réajustée entre mars et octobre 2013 après divers essais (texture bois, tartan, écriture runique, etc.), afin de connoter à la fois l’écriture oghamique (écriture alphabétique composée de vingt lettres, qui était en usage dans les îles Britanniques) et les tatouages coutumiers des Pictes, qui s’ornaient le corps pour effrayer leurs ennemis. Représentés par Conrad aux couleurs (verte et roux) de l’Irlande et de l’Écosse actuelles, les Pictes (habillés de kilt en tartan (étoffe de laine à carreaux)) nous sont historiquement connus depuis le VIème siècle par des annales irlandaises (celles de Bède le Vénérable) ou des hagiographies. Il est probable que l’originaire des Pictes soit picto-charentaise : il s’agissait d’une peuplade celte appartenant à la grande Confédération Celtique, qui regroupait tous les peuples de la Seine à la Garonne, leur place-forte (oppidum) principale étant Poitiers (Lemonum ou Limonum). Comme tant d’autres peuples, les Pictons furent partagés entre le soutien à Jules César et celui à Vercingétorix. Après le 1er siècle de notre ère et la romanisation de la Gaule, les guerriers et les cavaliers Pictes seront intégrés aux légions impériales mais, leur ancienne puissance ayant disparu, certains commencèrent à migrer vers des terres plus lointaines. D’après les écrits et les textes mythologiques irlandais du Haut Moyen Âge, les Pictes se scindèrent peu à peu en deux groupes, l’un s’installant entre la Loire et la Gironde, l’autre continuant sa route vers l’Irlande puis l’Écosse…

Pierre picte sculptée et figure du serpent à Aberlemno (village à l'est de l'Ecosse)

En arrière-plan d’ « Astérix chez les Pictes » on peut admirer une faune (moutons et Macareux moines) et un paysage relativement typique des Highlands, puisque constitué d’une lande couverte d’herbes, de bruyères ou de fougères, et parsemée de rochers énormes et de lacs (lochs) aux eaux très claires. Non loin d’un village lacustre, Astérix est assis sur un rocher où sont représentés des dessins géométriques et figuratifs sacrés (cercles et serpent de mer ?) qui viennent compléter les écritures oghamiques déjà mentionnées. Ces deux symboles ne sont pas choisis au hasard, dans la mesure où ils sont archétypaux des coutumes celtiques, tour à tour animistes et polythéistes. Le cercle (rond, spirale, entrelac ou triskèle), symboliquement, demeure comme le motif de la perfection et de la maîtrise du chaos : pourra précisément y être enfermé le serpent, éternel artefact médiéval du mal et de la crainte des envahisseurs venus du Nord. Ce « Crom Cruach », ou Serpent Cornu, est une entité de la mythologie celtique (plutôt irlandaise) : longtemps adoré sous forme d’idole dorée païenne entouré de douze pierres, et réputé pour ses sacrifices humains, il sera finalement vaincu par un certain Saint Patrick, du nom de l’évêque qui arriva sur ces terres sauvages vers l’an 430, lors de la 19ème année de règne du premier roi… Picte.

Encrage par Conrad et couleurs définitives


Les lecteurs nous pardonneront aisément ces longues explications historiques qui complètent notre analyse de la présente couverture : inscrite entre tradition et modernité de la saga, elle n’oublie pas d’illustrer physiquement l’un des nouveaux protagonistes pictes, prénommé Mac Oloch et très fortement inspiré d’une première collaboration du tandem Uderzo-Goscinny en 1951, le Peau-rouge Oumpah-Pah. Gageons qu’à l’instar des divers voyages proposés par l’illustre tandem – Astérix en Hispanie, en Corse, chez les Belges ou chez Rahàzade, pour ne citer que ceux là… – cette nouvelle aventure devrait essentiellement constituer un belle leçon de tolérance, d’humour et d’amitié, et c’est bien là l’essentiel.

Face à la journaliste Monique Younès de RTL, Albert Uderzo, Anne Goscinny, Jean-Yves Ferri, Didier Conrad et Isabelle Magnac, la directrice générale de Hachette (photo de D. Pasamonik (L’Agence BD), 2013)


La 1ère planche... (copyright éd. Albert René, Hachette et Ferri/Conrad 2013)

Philippe TOMBLAINE
« Astérix T35 : Astérix chez les Pictes » par Didier Conrad et Jean-Yves Ferri
Éditions Albert René (9, 90 €) – ISBN : 978-2864972662
Version luxe (35,00 €) – ISBN : 978-2864972686

L'actualité de la bd est a jour tous les jours !

« Les plus grandes aventures sont intérieures. » Hergé

~~~~
tournesol - Red - Tournesol23 - tourn'


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur Contact Facebook Twitter
fred
Membre de la Police Secrète
Membre de la Police Secrète

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2013
Messages: 457
Loisirs: lecture , moto ,
Masculin
Point(s) Phylactères: 916
Moyenne de points: 2,00

MessagePosté le: Sam 26 Oct - 16:48 (2013)    Sujet du message: Astérix chez les pictes - reportage en 5 parties Répondre en citant

encore d'la bonne lecture Wink

Revenir en haut
Blueberry
Maître des Couteaux
Maître des Couteaux

Hors ligne

Inscrit le: 13 Nov 2012
Messages: 100
Loisirs: Lecture, bande dessinée, collections, timbres, blueberry
Masculin
Point(s) Phylactères: 195
Moyenne de points: 1,95

MessagePosté le: Dim 27 Oct - 13:48 (2013)    Sujet du message: Astérix chez les pictes - reportage en 5 parties Répondre en citant

On apprend tout sur l'album

Revenir en haut
tournesol (red)
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2013
Messages: 1 634
Loisirs: Bande dessinée
Masculin
Point(s) Phylactères: 3 270
Moyenne de points: 2,00

MessagePosté le: Lun 28 Oct - 13:47 (2013)    Sujet du message: Astérix chez les pictes - reportage en 5 parties Répondre en citant

Critiques de Didier Pasamonik

C’est la question de saison : que vaut le nouvel Astérix ?, alors qu’Albert Uderzo a passé la main à deux auteurs reconnus, Jean-Yves Ferri et Didier Conrad, et que toute la campagne de presse de l’ouvrage a été marquée par un embargo interdisant aux journalistes de lire l’ouvrage avant publication.
 
 
La période qui précède la publication de cet album ridiculise même la presse : six articles dans Le Monde et une Une de Casemate cet été, un numéro spécial de Géo-Histoire, un autre du Point qui sortent un peu avant l’album... Tout cela sans qu’aucun journaliste n’ait lu le livre ; seules quelques images sont délivrées au compte-goutte.
 
Les conférences de presse de lancement tournent autour des conditions de la reprise : le renoncement de Frédéric Mebarki, précédemment pressenti pour succéder à Albert Uderzo, une sélection à l’aveugle des scénarios, trois candidatures seulement pour le dessin, les délais de production de Didier Conrad (six mois pour dessiner l’album...), etc. "Beaucoup d’annonces, donc, de longues explications, des commentaires,... et pourtant, du nouvel album, on ne sait rien", écrivions-nous le 3 octobre dernier dans une série de trois articles qui arpentaient la promotion orchestrée autour de ce lancement.
 
Personne ne s’en offusque : la presse, vendue depuis si longtemps à la publicité, a tellement l’habitude de faire de la promo sur les produits culturels. Il n’est que François Chrétien, dans Ouest France, pour se rebeller contre cet état de fait le 17 octobre dernier dans un article intitulé : "Parlez d’Astérix, mais ne le lisez pas !" : "On nous explique, sans rire, que les autres médias n’ont pas besoin de connaître l’œuvre pour interroger les auteurs. Ah bon ? Ne serait-ce pas plutôt pour s’assurer une bonne couverture en s’épargnant tout risque de critique ?" et d’expliquer que : "Les deux précédents Astérix étaient franchement mauvais… Fans de la série, et de Conrad et Ferri, on espère de tout cœur que ce 35e album redressera la barre. Mais par Belenos, on n’en fera pas l’éloge sans l’avoir vérifié."
 
Outre qu’il y a une confusion entre l’information et la critique, qui sont deux objets très différents de l’action journalistique, l’analyse succédant naturellement à l’établissement des faits, de même qu’un jugement vient après une plaidoirie, Astérix a ceci de particulier qu’il est, depuis 1966, "un phénomène". Il est possible de parler d’un phénomène sans même le lire. De nos jours, les "communicants" jouent sur cette ambigüité.

Instant critique
 
"Bon, venons-en à la critique", commencent à marmonner certains de nos lecteurs impatients qui attendent une crucifixion -pratique romaine, paradoxalement barbare, une exécution en règle attendue sinon souhaitée, chacun se sentant prêt, comme César, à donner du pouce...
 
Alors voici. Ce n’est pas un album exceptionnel. Ferri et Conrad font un travail honnête sans pour autant trouver leurs marques. La trame scénaristique est dans la lignée des albums d’Astérix qui utilisent la ficelle du voyage : une rencontre, puis une escapade dans un pays lointain, de la Belgique à l’Égypte, de la Suisse aux Amériques...
 
La recette goscinnienne est appliquée à la lettre dans les patronymes et dans l’élaboration des jeux de mots, avec un ancrage plus prononcé que chez Uderzo dans la parodie contemporaine (par exemple dans le patronyme romain Zaplesactus ou picte Mac Oloch) ou quand le scénariste suggère que les pictogrammes sont les ancêtres des tags.
 
Mais les situations n’arrivent pas au niveau de la mécanique canonique, alors qu’Uderzo y arrivait souvent. Les disputes entre Astérix et Obélix, par exemple, nous apparaissent comme une caricature de celles délicieusement décrites par les auteurs d’origine. Les personnages centraux de l’aventure, Mac Oloch et le célèbre monstre du Loch Ness, nous semblent insuffisamment exploités, ce qui est dommage, et c’est probablement là que gît le principal problème de cet album.
 
En ce qui concerne le dessin, Conrad caractérise extrêmement bien le personnage de Mac Oloch, mais celle du méchant Mac Abbeh, de même des différentes tribus pictes ne sont pas très évidentes. Conrad n’a pas non plus la clarté d’un Uderzo dans la succession des avant-plans des arrière-plans. Enfin, les ratés sont patents quand il s’agit de dessiner des femmes. La ravissante Madame Agécanonix est parfois quelconque, même si cela s’améliore à la fin.
 
Ce qui nous amène à constater la principale qualité des albums de Goscinny et d’Uderzo vers laquelle les auteurs doivent tendre s’ils veulent un jour leur arriver à la cheville : leur capacité d’offrir au lecteur une lecture dense et riche en détails, tout en gardant une parfaite limpidité dans la lecture. Nous n’y sommes pas encore.
 

L'actualité de la bd est a jour tous les jours !

« Les plus grandes aventures sont intérieures. » Hergé

~~~~
tournesol - Red - Tournesol23 - tourn'


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur Contact Facebook Twitter
fred
Membre de la Police Secrète
Membre de la Police Secrète

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2013
Messages: 457
Loisirs: lecture , moto ,
Masculin
Point(s) Phylactères: 916
Moyenne de points: 2,00

MessagePosté le: Lun 28 Oct - 18:06 (2013)    Sujet du message: Astérix chez les pictes - reportage en 5 parties Répondre en citant

qui la lu ici ?

Revenir en haut
tournesol (red)
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2013
Messages: 1 634
Loisirs: Bande dessinée
Masculin
Point(s) Phylactères: 3 270
Moyenne de points: 2,00

MessagePosté le: Mer 30 Oct - 23:47 (2013)    Sujet du message: Astérix chez les pictes - reportage en 5 parties Répondre en citant

Moi et toi ?

L'actualité de la bd est a jour tous les jours !

« Les plus grandes aventures sont intérieures. » Hergé

~~~~
tournesol - Red - Tournesol23 - tourn'


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur Contact Facebook Twitter
fred
Membre de la Police Secrète
Membre de la Police Secrète

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2013
Messages: 457
Loisirs: lecture , moto ,
Masculin
Point(s) Phylactères: 916
Moyenne de points: 2,00

MessagePosté le: Jeu 31 Oct - 11:44 (2013)    Sujet du message: Astérix chez les pictes - reportage en 5 parties Répondre en citant

tournesol23 a écrit:
Moi et toi ?


en s'qui m'concerne pas encore Rolling Eyes ,

mais d'après s'que j'ai lue si et la après quelques recherches , il serait pas mal , voir mème plutot bien pour
un tout renouveau ,
en tout cas , les quelques planches diffusés me donne envie Wink


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:50 (2017)    Sujet du message: Astérix chez les pictes - reportage en 5 parties

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   

Le contenu "sponsorisé" publicitaire ci-dessus est imposé par l'hébergeur, Phylactères vous remercie de votre compréhension.
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Phylactères Index du Forum ->
   Astérix et Obélix
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Inscription & Connexion
Nom d’utilisateur:    Mot de passe:      Se connecter automatiquement à chaque visite    
S'inscrire sur Phylacteres.fr



© CRAZY GAME / PHYLACTERES PRODUCTION 2012-2016, TOUTE REPRODUCTION PARTIELLE OU TOTALE INTERDITE
contact@phylacteres.fr
Toutes les images incluses dans ces pages sont la propriété exclusive de leurs auteurs, ayant droits et/ou éditeurs. Elles ne sont ici qu'a titre de référence ou d'illustration. Si les propriétaires le désirent, elles seront retirées.
Design réalisé par Yann Bke. Bannière de Ferdinand Lu.



Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation